Some boys try and some boys lie but
I don’t let them play, no way
Only boys who save their pennies
Make my rainy day, ’cause we are
Living in a material world
And I am a material girl
Material Girl .:. Madonna

Ces derniers temps, j'ai tellement croulé sous le boulot que j'ai bien cru que j'allais finir en hôpital psychiatrique. Entre le corps qui pète un câble pour te faire comprendre que non, non et non, il n'ira pas plus loin sans te casser en trois, le mental qui dérape en te muant en bulot neurasthénique et la fatigue accumulée qui te fait voir le monde en camaïeu de gris brumeux depuis les fentes bouffies qui te servent d’ersatz d'yeux, il restait peu de place pour la joie, les fleurs en boutons et les pitites colombes qui font rourou dans la brise printanière.

Heureusement, les Dieux dans leur infinie bonté ont eu la belle inspiration d'inventer l'antidote (non, pas le Nutella, quoi que, une panacée pareille mérite d'être ovationnée) (avec les macarons caramel-beurre-salé et les McVities au chocolat) : les VACANCES.

Les vacances, c'est ce truc génial qui revient cycliquement (un peu comme les coquelicots chez les filles, mais en moins fréquent (dommage) et moins diaboliquement chiant (dommage bis)) pile au moment où tu te dis que non, décidément, tu n'aurais pas tenu un jour de plus, ni même une heure de plus, ni même une minute, ni même une seconde, ni même une nano-seconde (oui, j'ai regardé Heroes).
C'est exactement ce qu'il s'est passé vendredi soir.

Bon, pour te remettre dans le contexte, cette semaine a été une semaine de merde. Une vraie de vraie, avec des merdes tous les jours, une photocopieuse en panne (tu as idée de ce que représente une panne de photocopieuse dans une école primaire quand tu n'as presque pas de manuels et un double-niveau ?) des collègues malades et poissardes aussi, une énorme angine purulente qui voudrait bien te coller au lit alors que tu ne PEUX PAS être absente parce que ta collègue l'est déjà, qu'elle n'est pas remplacée, que tu dois prendre ses élèves en plus des tiens et leur faire passer une évaluation nationale qui aurait déjà du être faite trois semaines plus tôt, le tout en gérant ton propre business et en semblant fraîche et dispose parce qu'évidemment, tu es visitée trois jours de suite, que tu dois boucler les bulletins, recevoir les parents pour le débrief' du trimestre et faire tes vœux pour ton affectation l'an prochain sur une plateforme informatique qui rame tellement qu'elle met 23 minutes pour charger une page.

Donc forcément, quand les vacances sont arrivées, si j'avais eu la force, j'aurais bien entamé un pas de danse tamoul autour d'un chandelier allumé dans mon salon en hurlant God Save The Queen à plein poumons, drapée dans un rouleau de cellophane fushia, mais j'ai préféré opter pour une réaction plus conventionnelle : je suis allée me coucher.
Mon réveil a sonné samedi matin pour ma répétition de guitare, je me suis rendormie comme une limace morte. Bon, je me suis réveillée à la deuxième sonnerie et j'ai filé aussi vite que j'ai pu, mais ça te donne quand même un aperçu de ma brillante forme physique (et j'ai été un vrai pâté, je me suis plantée dans ma grille d'accord (cela dit, on s'est TOUS plantés au même endroit, mais d'habitude je suis plutôt attentive à ce genre de trucs), j'ai échappé mon mediator deux fois et je crois n'avoir jamais autant lâché de jurons pendant une répét (mes compatriotes ont saigné des oreilles)).

Et puis j'avais appris plein de mauvaises nouvelles qui m'avaient un peu mis le moral dans les ballerines (oui, j'ai acheté des ballerines, des chaussures PLATES, il va pousser des kumquats en Sibérie). Du coup, je me suis dit que la meilleure manière de me remonter le moral, c'était d'aller voir ma maquilleuse préférée à Marionnaud.

C'est dans ce genre de circonstances que je m'aperçois que je suis d'une faiblesse affligeante.
Je suis une incorrigible afficionada de Guerlain depuis longtemps, et je possédais déjà Idylle et Shalimar Initial, mais je dois bien avouer que La Petite Robe Noire m'a bien eue. Cette petite odeur de cerise par-dessus la fameuse Guerlinade, ce petit effluve sucré terriblement gourmand, et puis ce flacon, ce flacon ... Le même que L'Heure Bleue et Mitsouko, revisité avec un beau dégradé brun-rouge dans le verre et la fameuse robe noire en impression au dos ... Yum yum !
(et vous voyez aussi au premier plan mes bijoux de tueuse d'oiseaux : des boucles d'oreilles en plumes de paon et une bague "crâne-de-moineau-mort" de chez Rings & Tings)

Le pire, c'est que j'ai aussi investi dans un mascara (Inimitable, de Chanel) (pour tenir compagnie à mon Illusion d'Ombre, dont je suis tombée amoureuse récemment), deux vernis à ongles (toujours chez Chanel, le rouge Fire, affreusement classe, et le ... le quoi au juste ? Le chatoyant, le gris-bleu-violet-prune-arc-en-ciel, l’indéfinissable Black Pearl) et last but not least, un Vernis à Lèvres d'Yves-Saint-Laurent (ce truc est une tuerie : non seulement il est juste magnifique, intense, brillant, confortable, mais en plus il est plus tenace qu'une bernicle sur un rocher : je l'ai mis à 7h du matin, j'ai parlé, j'ai mangé, bu, reparlé, re-bu, re-mangé, et à 22h il était toujours là, à peine moins brillant. Jamais vu ça).

Après toutes ces émotions, je suis allée prendre un peu le soleil sur mon balcon. J'ai eu l'impression d'être en vacances, et j'ai tout d'un coup réalisé avec une explosion de satisfaction et de plénitude qu'en fait, ce n'était pas une impression.

Noms de Dieux, je suis en vacances !
Raaaaaaaah !

Bilan de ce premier day off : ce matin, je me suis réveillée à 10h23, avec Boats de Rams' Pocket Radio dans la tête et une magnifique marque d'oreiller en travers de la tronche.
J'ai bouffé des lasagnes veg' en pyjama devant un épisode de Once Upon A Time (et ma marque d'oreiller se voyait encore) (j'en tire une gloire incommensurable).
J'ai traîné toute l'après-midi en chaussettes-pas-coiffée-pas-maquillée-pas-habillée (mais parfumée, je ne peux pas m'en empêcher) et je n'ai fait que des trucs qui ne servaient strictement à rien.

Bon sang.
C'est la vraie vie.
Top, short et capeline : H&M
Collants : Lafayette
Sandales : Zara
 


04/09/2012 09:14

Lyra, ne grimpe pas aux rideaux. Ne me mords pas. Ne me coiffe pas de ton chaudron le plus lourd, celui qui est rempli de fientes d'albatros...

...Tes déboires au boulot, j'en veux. Tes réflexions à la gnurf pimentées d'expressions inimaginables, j'en veux aussi (c'est très mauvais pour la ligne, mais j'en reprends même deux fois).
Par contre, tes soucis de maquillage et ta garde-robe, je m'en contrefous.

Tu as bien changé. Pas forcément en mauvais, pas du tout, ça te regarde, on évolue tous. Mais en tout cas, moi, je ne te retrouve plus, et je n'ai plus d'intérêt à te lire... Je ne t'oublierai pas, mais je me sauve, ma belle... Bon voyage sur le grand Chemin qu'est la Vie =)

Reply
04/09/2012 09:29

Oh mais moi aussi je m'en fout de mon maquillage et de ma garde-robe. Cela dit, je trouve un peu extrémiste de dire que j'ai changé avec un petit post de rien du tout (qui en plus a été écrit suite à un pari débile). Ce post est et restera exceptionnel. C'est une parenthèse insipide dans une longue lignée de merdouilles qui me pourrissent la vie en ce moment. Parce que je suis au bout du rouleau, et qu'un soupçon de frivolité, à mes yeux, ce n'était pas si méchant que ça.

Je trouve vraiment dommage que sur le prétexte de ce pauvre post (complètement sans queue ni tête et dénué de tout intérêt, je te l'accorde), tu décides de me claquer la porte au nez comme si je t'avais trahie. Comme si j'étais devenue une autre personne qui a étouffé la Lyra que tu aimais lire.

Je comprends parfaitement que tu n'aie pas aimé ce post. Pour te dire la vérité, moi non plus, je ne l'aime pas, au fond. Mais que tu me condamnes et que tu me juges sans retour là-dessus, ça me blesse. Profondément.

Parce que des réflexions à la gnurf, j'en suis remplie. Je n'en ai pas mis cette fois ... j'ai envie de dire, et alors ? C'est comme une journée de glandouille au milieu d'une semaine de boulot. On ne peut pas plaire tout le temps, ni être productive en permanence.

Ce post ne t'a pas plu, et ta réaction signifie non seulement que tu n'as plus d'intérêt à me lire, mais aussi que tu n'en auras PLUS JAMAIS ? Que j'ai changé, de manière irrémédiable, irréversible ? Je te trouve vraiment dure avec moi. Et j'ai envie de te dire que vraiment, tu me juges plus vite que ton ombre, et pas forcément de la manière la plus judicieuse et exacte qui soit.

Je ne vais pas faire de ce blog un blog beauté-mode-cuicui-tout-rose, loin de là ! Seulement j'ai une vie tellement chiante en ce moment que j'ai juste eu, ponctuellement, une envie de légèreté et d'inutilité. Ponctuellement.

Après, si tu préfères t'en aller sans te retourner sur le simple prétexte que dans UN post, je ne t'ai pas plu, après des années de partage et de complicité par écran interposé, je ne peux pas m'y opposer.

Mais tu as frappé là où ça fait mal.

Reply
04/10/2012 12:58

Bah non, ce n'est pas juste ce post... C'est une glissade, au fur et à mesure... Et puis, les absences de réponses à mes mails. Me suis dit que tu en avais soupé de la Syne, du Paganet (j'en ai soupé aussi d'ailleurs, de celui-là) et des sorcières à collants rayés avec des vielles à roue planquées entre les orteils...
Me suis apparemment gourée^^ Mais tu as frappé dans le mail-non-réponse là où ça faisait mal aussi. Et tu as remis une couche de confiture Chanel par-dessus. J'en ai tiré quelques conclusions, hâtives peut-être, sans doute et même apparemment.
Et au fait, Monica, Izzie et la famille, ça va ?

Reply
04/10/2012 13:28

Hum alors ...

Les mails : j'ai eu de gros gros soucis de boîte mail ces derniers temps (j'ai chopé un virus sur mon lieu de travail, en me servant de ma boîte professionnelle) donc il est fort possible qu'un mail ou deux soit passé à la trappe, mais en tous cas, j'ai répondu à tous les mails de toi que j'ai reçus.

Le paganet : disons que ma vie a quand même énormément changé : j'ai un boulot à plein temps maintenant, je suis sur mon lieu de travail à 07h30, je n'en repars jamais avant 18h. J'ai une demi-heure de trajet. Quand j'arrive chez moi, il est souvent près de 19h, je suis littéralement vidée, j'ai souvent encore du boulot à faire (corrections, préparations, affichages ...), et j'avoue que je n'ai qu'une envie : me vautrer sur mon canapé devant une série idiote, en bouffant du chocolat, avant d'aller me prendre une bonne douche et d'aller me coucher.
Ca ne donne pas beaucoup de place à la spiritualité, tout ça. Je suis tellement fatiguée que je n'ai bien souvent le courage de rien faire. Et j'ai subi pas mal de coups durs, qui m'ont mis le moral au plus bas. J'ai beaucoup de mal à remonter. Et si changer d'apparence peut m'aider à faire un trait sur ces dernières années de souffrance, alors je ne vois pas où est le mal.

Et puis, je n'ai pas la chance d'avoir un cercle. Je suis seule, complètement seule. Tu me pardonneras de ne pas avoir envie de finir égorgée dans un fossé en allant me balader en forêt toute seule.

Mais au fond, c'est mon rythme de vie qui a changé, pas moi.

Parce que même rousse, même dans une nouvelle robe, avec un nouveau parfum, au fond, je suis toujours moi.
Et j'aime toujours les sorcières à collants rayés avec des vielles à roues entre les orteils, à la folie même ! Seulement, celles-ci, je ne peux pas les emmener au boulot. Que veux-tu, la vie est dure, mais tu as moins d'ennuis avec les parents d'élèves en t'habillant chez Zara qu'en portant un chapeau pointu (ça m'a fait horriblement rager, au départ, d'ailleurs, de ne plus pouvoir m'habiller comme je le voulais, de devoir cacher certains de mes bijoux, voire les retirer carrément, mais je n'ai pas eu le choix).

J'ai frappé où ça fait mal, ah bon ? J'ai simplement voulu mettre en lumière que me prendre dans les dents un bon vieux "tu es devenue une pintade superficielle indigne d'intérêt" de la part de quelqu'un que j'appréciais beaucoup, ça m'a fait beaucoup de mal.

Et je ne vois pas où j'ai bien pu "remettre une couche de confiture Chanel".
D'ailleurs je suis un peu surprise, parce que je suis sûre que si je parlais cosmétique bio et robes médiévales, tu ne m'aurais pas jugée de cette façon.

Mais franchement Syne, sous prétexte que je suis passée de Yves Rocher à Chanel, c'est-à-dire de la merdouille-pour-étudiante-fauchée au haut de gamme que je peux m'offrir grâce au boulot que je fais chaque jour (et que par conséquent j'estime avoir mérité), j'aurais changé ? Rappelle-toi, on parlait déjà maquillage sur A Travers le Miroir, tu as même donné des recettes de shampoing-soin-je-ne-sais-plus sur ton blog, je ne t'ai jamais prise pour autant pour une fille futile.

Seulement, en ce moment, c'est vrai, je n'ai pas grand chose à raconter. Peut-être que je ferai mieux de simplement fermer ma gueule et arrêter de parler pour ne rien dire, après tout. Seulement, parfois, ce blog me fait du bien. Mais ce n'est qu'une façade. Une infime partie de moi.

Et, au moment où je tape ces mots, j'ai une bougie maison qui brûle et mon pentacle autour du cou.
(et un sweat shirt avec une guitare et une inscription "ceci est une arme" sur un t-shirt Guinness, si tu veux tout savoir).

Bon sang, on ne va quand même pas se brouiller parce que j'ai fait des achats chez Marionnaud, si ? Tu ne vas quand même pas vouloir me mettre dans une case, toi aussi ? Me cataloguer ? Pas toi ?
(bordel !) (par les poils de genou du Dagda !)

Bon.

Monica et Izzie vont bien, même si en ce moment je manque tellement de temps que j'ai l'impression de devenir une grosse bouse à la guitare (je n'arrive toujours pas à passer les accords de ce p%µ£$§ de morceau de Green Day raaaah)
Gary et la Grande, ça fait crincrin ?

La famille ... euh, laquelle, au juste ? ^^
Celle qui fait grouik-grouik dans des cages ouvertes ? Ca va impec, surtout depuis que j'ai un frigo et que je peux à nouveau stocker des légumes.
Ce

Reply
Vador59
04/16/2012 09:39

Content de voir que les choses vont mieux pour toi, Lyra ;-))
Profite bien de tes congés, moi j'ai une dernière semaine (très chargée du reste...) à tirer et après... je pense que je suivrai ton exemple pour la première journée (mais sans le parfum^^)

Reply
10/24/2012 07:52

Tu es juste divine sur cette photo ! Je t'ai pas reconnue, mais c'est juste superbe. Rien de plus à part : la classe. Et, je veux le même chapeau :P

Reply
11/17/2012 07:32

Oh, merci beaucoup W ! Ton commentaire me fait très plaisir !
Je suis ravie de te voir pointer ton nez par ici, cela fait bien longtemps que nous ne nous étions pas croisées (même si je reste une discrète fidèle de ton blog)
On me reconnait peu en effet, depuis mon sacrifice capillaire ; exit la longue crinière corbeau, welcome degradé roux flamboyant !

Reply



Leave a Reply.